Congrès Miséricorde France

"La Miséricorde de Dieu est pour tous" - Pape François

  • Congrès Miséricorde France Congrès - Visages de la Miséricorde
  • Congrès Miséricorde France Congrès - Visages de la Miséricorde
  • Congrès Miséricorde France Congrès - Visages de la Miséricorde
  • Congrès Miséricorde France Congrès - Visages de la Miséricorde
jquery slider by WOWSlider.com v7.6

visages2021-9

Un éclair de Miséricorde
Il ne faut pas se décourager
On va remonter tout est possible


En ce moment de rentrée scolaire, un témoignage de Miséricorde…
-------------

Je suis professeure et j’ai réalisé que j’étais souvent très dure avec mes élèves. Je suis dure avec des garçons qui sont durs. Ainsi, j’avais un élève spécialement pénible qui me bravait et me narguait. Il me faisait un tel effet que je ne pouvais pas le louper et c’était l’escalade …

Un jour, en priant avec d’autres chrétiens, j’entends ce passage de la Parole de Dieu : « Soyez donc miséricordieux comme votre Père est miséricordieux » (Luc 6, 36). Or, la semaine suivante, je me montre très dure avec un autre élève, Kévin, un garçon assez nul dans ses études, genre « toile cirée sur laquelle tout glisse ». Cet élève ne faisait jamais ses devoirs, oubliait tout le temps ses affaires et avait toujours une excuse…

Ce jour-là, il arrive au cours, avec une fois encore un travail non fait. Je parle donc avec lui à la fin du cours. Kévin tente de s’expliquer mais je l’arrête en disant : « c’est inadmissible » ! Lui essaie de me parler, et à ce moment-là, je me souviens de la parole de Jésus : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux », alors je décide de l’écouter. Kévin m’explique alors : « J’essaie de rattraper en ce moment, tout le travail que je n’ai pas fait et j’en ai jusqu’à 23 heures, tous les soirs. Et puis, souvent, je fais un devoir supplémentaire donné par un professeur, parce que j’avais oublié de faire un exercice ».

En une seconde, je suis bouleversée et j’ai un éclair de miséricorde. Je pense : « C’est complètement fou pour un collégien qui a tellement de mal à étudier ». Je me rends alors compte qu’il n’y a pas qu’avec moi qu’il a du mal et que ce qu’il vit est décourageant.

Mon cœur change, en un éclair, et je lui dis : « Il ne faut pas se décourager, on va remonter, tout est possible ». Il me regarde, interloqué, puis nous parlons un peu.

Ce jour-là, après ce dialogue avec lui, je commence à prier pour Kévin. Le lendemain, il avait très bien travaillé et obtient une très bonne note, méritée, sans tricherie. Le surlendemain, il avait fait son travail. Et depuis, chaque jour, il progresse…

Sandrine

visages2021-9

Un éclair de Miséricorde
Il ne faut pas se décourager
On va remonter tout est possible


En ce moment de rentrée scolaire, un témoignage de Miséricorde…
-------------

Je suis professeure et j’ai réalisé que j’étais souvent très dure avec mes élèves. Je suis dure avec des garçons qui sont durs. Ainsi, j’avais un élève spécialement pénible qui me bravait et me narguait. Il me faisait un tel effet que je ne pouvais pas le louper et c’était l’escalade …

Un jour, en priant avec d’autres chrétiens, j’entends ce passage de la Parole de Dieu : « Soyez donc miséricordieux comme votre Père est miséricordieux » (Luc 6, 36). Or, la semaine suivante, je me montre très dure avec un autre élève, Kévin, un garçon assez nul dans ses études, genre « toile cirée sur laquelle tout glisse ». Cet élève ne faisait jamais ses devoirs, oubliait tout le temps ses affaires et avait toujours une excuse…

Ce jour-là, il arrive au cours, avec une fois encore un travail non fait. Je parle donc avec lui à la fin du cours. Kévin tente de s’expliquer mais je l’arrête en disant : « c’est inadmissible » ! Lui essaie de me parler, et à ce moment-là, je me souviens de la parole de Jésus : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux », alors je décide de l’écouter. Kévin m’explique alors : « J’essaie de rattraper en ce moment, tout le travail que je n’ai pas fait et j’en ai jusqu’à 23 heures, tous les soirs. Et puis, souvent, je fais un devoir supplémentaire donné par un professeur, parce que j’avais oublié de faire un exercice ».

En une seconde, je suis bouleversée et j’ai un éclair de miséricorde. Je pense : « C’est complètement fou pour un collégien qui a tellement de mal à étudier ». Je me rends alors compte qu’il n’y a pas qu’avec moi qu’il a du mal et que ce qu’il vit est décourageant.

Mon cœur change, en un éclair, et je lui dis : « Il ne faut pas se décourager, on va remonter, tout est possible ». Il me regarde, interloqué, puis nous parlons un peu.

Ce jour-là, après ce dialogue avec lui, je commence à prier pour Kévin. Le lendemain, il avait très bien travaillé et obtient une très bonne note, méritée, sans tricherie. Le surlendemain, il avait fait son travail. Et depuis, chaque jour, il progresse…

Sandrine