Congrès Miséricorde France

"La Miséricorde de Dieu est pour tous" - Pape François

  • Congrès Miséricorde France Congrès - Visages de la Miséricorde
  • Congrès Miséricorde France Congrès - Visages de la Miséricorde
  • Congrès Miséricorde France Congrès - Visages de la Miséricorde
  • Congrès Miséricorde France Congrès - Visages de la Miséricorde
jquery slider by WOWSlider.com v7.6

eglise2022-24

Saint Pierre et Saint Paul    

deux apôtres
expérimentent la Miséricorde de Dieu



Mercredi 29 juin nous fêterons saint Pierre et Saint Paul. Ces deux hommes au tempérament si différent sont appelés communément les colonnes de l’Église. Tous deux ont en commun une expérience forte : celle de la Miséricorde infinie de Dieu.    


Simon est un pêcheur, au bord du lac de Tibériade. Il répond à l’appel de Jésus qui pose son regard sur lui et dit : « Tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Kèphas » – ce qui veut dire : Pierre (Jn 1, 42).

Homme au grand cœur et spontané, Simon Pierre, en réponse à la demande de Jésus aux douze apôtres « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » (Mt 16, 15), fait   une belle profession de Foi : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! ». (Mt 16,16). Jésus lui déclare alors : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église » (Mt 16,18).

Simon Pierre assiste et participe à plusieurs miracles et événements importants de la vie de Jésus, comme la Transfiguration. Véritable disciple de Jésus, il lui dit : « Je donnerai ma vie pour toi ! » (Jn 13, 37) et affirme « Si tous viennent à tomber à cause de toi, moi, je ne tomberai jamais » (Mt 26, 33). Pourtant, par peur, il abandonne Jésus pendant la Passion, et les évangélistes décrivent Pierre en larmes lorsqu’il prend conscience qu’il a trahi.

Simon Pierre va alors faire l’expérience de la Miséricorde de Dieu qui pardonne, de cet Amour donné, redonné par Celui même qu’il a trahi. Au triple reniement de Pierre répond le triple « M’aimes-tu ? » de Jésus. Jésus ressuscité redonne sa confiance à Pierre et lui dit : « Fais paître mes brebis » (Jn 21,15-17). Il lui confie son Église et fait de lui une pierre de choix.

À travers Pierre, Jésus nous fait comprendre que notre vie est fondée sur la confiance que Jésus nous fait et sur celle, qu’à notre tour, nous mettons en Celui qui nous appelle.

Paul, homme fougueux et audacieux, fait lui aussi l’expérience de la Miséricorde du Seigneur et de la confiance en Dieu.

Persécuteur des chrétiens, il entend, sur le chemin de Damas, une voix qui lui dit : « Saul, Saul, pourquoi me persécuter ? ». À sa demande : « Qui es-tu, Seigneur ? » la voix répond : « Je suis Jésus, celui que tu persécutes. Relève-toi et entre dans la ville : on te dira ce que tu dois faire » (Ac 9, 3-6). Ne voyant plus, Paul fait alors l’expérience d’une grande pauvreté durant trois jours. Lui, le lettré formé par Gamaliel, docteur de la Loi très connu, perd tous ses repères. Recouvrant la vue grâce à la prière d’Ananie, il fait l’expérience de la confiance de Dieu envers lui et, de persécuteur des chrétiens, devient le missionnaire zélé entièrement donné à l’annonce du Christ ressuscité.

Choisi par Dieu pour propager, dans de nombreuses villes, la Bonne Nouvelle Paul partage à plusieurs reprises son expérience et invite les chrétiens à la confiance : « Il est fidèle, Celui qui vous a appelés ; c’est encore Lui qui fera cela » (1 Co 1, 9 ; 1 Th 5, 24).

Chez Pierre, comme chez Paul, le Seigneur a fait son œuvre. L’un et l’autre ont été des Témoins de Jésus mort et ressuscité jusqu’au don de leur vie. Tous deux nous rappellent la fidélité de l’Amour miséricordieux de Dieu.

Marie-Cécile Dugué   

eglise2022-24

Saint Pierre et Saint Paul    

deux apôtres
expérimentent la Miséricorde de Dieu



Mercredi 29 juin nous fêterons saint Pierre et Saint Paul. Ces deux hommes au tempérament si différent sont appelés communément les colonnes de l’Église. Tous deux ont en commun une expérience forte : celle de la Miséricorde infinie de Dieu.    


Simon est un pêcheur, au bord du lac de Tibériade. Il répond à l’appel de Jésus qui pose son regard sur lui et dit : « Tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Kèphas » – ce qui veut dire : Pierre (Jn 1, 42).

Homme au grand cœur et spontané, Simon Pierre, en réponse à la demande de Jésus aux douze apôtres « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » (Mt 16, 15), fait   une belle profession de Foi : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! ». (Mt 16,16). Jésus lui déclare alors : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église » (Mt 16,18).

Simon Pierre assiste et participe à plusieurs miracles et événements importants de la vie de Jésus, comme la Transfiguration. Véritable disciple de Jésus, il lui dit : « Je donnerai ma vie pour toi ! » (Jn 13, 37) et affirme « Si tous viennent à tomber à cause de toi, moi, je ne tomberai jamais » (Mt 26, 33). Pourtant, par peur, il abandonne Jésus pendant la Passion, et les évangélistes décrivent Pierre en larmes lorsqu’il prend conscience qu’il a trahi.

Simon Pierre va alors faire l’expérience de la Miséricorde de Dieu qui pardonne, de cet Amour donné, redonné par Celui même qu’il a trahi. Au triple reniement de Pierre répond le triple « M’aimes-tu ? » de Jésus. Jésus ressuscité redonne sa confiance à Pierre et lui dit : « Fais paître mes brebis » (Jn 21,15-17). Il lui confie son Église et fait de lui une pierre de choix.

À travers Pierre, Jésus nous fait comprendre que notre vie est fondée sur la confiance que Jésus nous fait et sur celle, qu’à notre tour, nous mettons en Celui qui nous appelle.

Paul, homme fougueux et audacieux, fait lui aussi l’expérience de la Miséricorde du Seigneur et de la confiance en Dieu.

Persécuteur des chrétiens, il entend, sur le chemin de Damas, une voix qui lui dit : « Saul, Saul, pourquoi me persécuter ? ». À sa demande : « Qui es-tu, Seigneur ? » la voix répond : « Je suis Jésus, celui que tu persécutes. Relève-toi et entre dans la ville : on te dira ce que tu dois faire » (Ac 9, 3-6). Ne voyant plus, Paul fait alors l’expérience d’une grande pauvreté durant trois jours. Lui, le lettré formé par Gamaliel, docteur de la Loi très connu, perd tous ses repères. Recouvrant la vue grâce à la prière d’Ananie, il fait l’expérience de la confiance de Dieu envers lui et, de persécuteur des chrétiens, devient le missionnaire zélé entièrement donné à l’annonce du Christ ressuscité.

Choisi par Dieu pour propager, dans de nombreuses villes, la Bonne Nouvelle Paul partage à plusieurs reprises son expérience et invite les chrétiens à la confiance : « Il est fidèle, Celui qui vous a appelés ; c’est encore Lui qui fera cela » (1 Co 1, 9 ; 1 Th 5, 24).

Chez Pierre, comme chez Paul, le Seigneur a fait son œuvre. L’un et l’autre ont été des Témoins de Jésus mort et ressuscité jusqu’au don de leur vie. Tous deux nous rappellent la fidélité de l’Amour miséricordieux de Dieu.

Marie-Cécile Dugué